Mise à jour le 01 juin 2022
Publié le 17 avril 2021 Mis à jour le 1 juin 2022

Maître de conférences en Sciences de l'éducation et de la formation

Notice
biographique

Benoit Urgelli est enseignant-chercheur en Sciences de l’éducation et en Sciences de la communication à l’Université Lumière Lyon 2 (ULL2). Il détient un titre de professeur agrégé de l’École Normale supérieure de Lyon, en Sciences de la Terre et de l’Univers. Son doctorat en Sciences de la communication porte sur les logiques d’engagement dans l'enseignement de l’évolution climatique récente (2009). Il participe à différentes instances universitaires soutenant le développement de recherches collaboratives avec des représentants d’institutions civiles à visée éducative.

Il détient une expérience en enseignement de plus de 20 ans, d’abord en lycée pour grandes écoles, puis en lycée général et en collège spécialisé. Depuis 2010, il intervient dans la formation scientifique des enseignants de l’école primaire et secondaire, en lien avec divers centres de formation au professorat et des inspecteurs de l’enseignement.

Ses recherches portent sur les conditions de mise en œuvre de pédagogies critiques, en lien avec l’enseignement et l’apprentissage des sciences. Sur divers terrains au carrefour de l’éducation formelle et non formelle, ses méthodes d’enquête, s'appuyant sur le concept de « posture éducative », hybrident la sociologie critique et pragmatique, la didactique des sciences et les sciences de la communication.

Benoit Urgelli a également assumé les fonctions de responsable de la formation aux sciences de l’éducation et de la formation à l’ISPEF (ULL2). Depuis la naissance de sa fille Giulia en 2012, il s'est engagé dans la Fédération des conseils des parents d’élèves (FCPE) de la Région de Lyon, particulièrement active durant la période de la pandémie (printemps 2020).

Parutions
Chapitres d’ouvrage scientifique : 0S§

Urgelli, B. (2019). Que faire des représentations des élèves dans l'enseignement des sciences ? In J.-M. Zakhartouch, Enseigner avec les erreurs des élèves (pp. 151-154). Paris : ESF Sciences humaines.

Valente, G, Ménard, C. et Urgelli, B. (2022). Les controverses sur une Question Socialement Vive (QSV) : un espace d’émergence de l’innovation pédagogique ? In J. Cintero et S. Simonian (dir.), Questionner l'innovation: lectures axiologiques (à paraître). Dijon: Raison et Passions.

Urgelli, B. (2022). Interpellations dans l’enseignement des sciences : des stratégies d’action liées aux représentations des enseignants et aux situations. In F. Lantheaume & S. Urbanski (dir.), Laïcité, religions, racisme en milieu scolaire, Enquête sur les pratiques professionnelles en collèges et lycées (2015-2020). Presses Universitaires de Lyon (à paraître).

Articles dans des revues à comité de lecture scientifique répertoriée en SHS : ACL

Urgelli, B. (2014). De la médiatisation du néo-créationnisme aux débats sur l'enseignement laïc de l'évolution. Médiation et Information, Religion et communication, 38, 199-210.

Urgelli, B., Guelladress, K. & Quentin, A. (2018). Enseigner l'évolution et la nature des sciences face aux contestations d'élèves : essai de modélisation des postures enseignantes. Recherches en Education, Sciences, cultures, sociétés, 32, 103-116.

Guedj, M. et Urgelli, B. (2021). L’interface éducation formelle et non formelle : un chantier en partage pour éduquer à la citoyenneté scientifique. Canadian Journal of Science, Mathematics and Technology Education, 21(1), 86‑99.

Article dans une revue professionnelle : ASCL

Urgelli, B. et Ménard, C. (2016). Science et laïcité : des lacunes dans la formation. Magazine Pour la Science, 461, 14-15.

Urgelli, B. (2016). Éduquer aux valeurs : une utopie politique controversée ? Diversité, L'école et les valeurs. Charlie, et après, 182, 135-140.

Activités
scientifiques 
Conférencier invite

Professeur invité au Centre de Recherche sur l’Enseignement et l’Apprentissage des Sciences (CREAS), Université de Sherbrooke (Québec, Canada), mai et juin 2022

Cette visite s'inscrit dans l'optique de faire évoluer le programme de recherches que je présenterai en France en juillet 2022, en vue d'obtenir une habilitation à diriger des recherches. Voici quelques précisions sur ce programme portant sur le concept de "posture éducative" et soumis à la critique des collègues canadiens, qu'ils soient chercheurs ou praticiens de l'éducation formelle, non formelle et informelle.

Je travaille depuis le début de ma carrière en 2006 sur le thème du traitement pédagogique des questions vives comme l'évolution climatique, l'évolution humaine, l'évolution de la biodiversité, et finalement sur la place et le rôle de l'espèce humaine dans l'évolution des écosystèmes terrestres. 

Ces questions politiquement sensibles sont prises en charge par des acteurs de l'éducation formelle et non formelle (enseignants, médiateurs, animateurs,...) , notamment lors de "visites scolaires" partenariales. Dans ces situations qui envisagent souvent de donner du "pouvoir d'agir" aux plus jeunes, les approches pédagogiques s'accompagnent d'une diversité de postures éducatives, plus ou moins distantes par rapport à l'univers politique des pédagogies critiques. La description de ces postures éducatives et de leurs logiques me permet de mesurer le degré d'engagement politique des éducateurs face aux injonctions institutionnelles.

Mes travaux envisagent de contribuer de manière exploratoire et expérimentale à des plans de formation interprofessionnelle (entre éducateurs), en s'appuyant sur les analyses et les recommandations issues de recherches collaboratives entre praticiens et chercheurs.

L'horizon politique de mes recherches est celui d'une démocratisation des pratiques éducatives.